assurance vie et retraite

Share Button
Assurance vie et retraite
Assurance vie et retraite forment le couple idéal pour valoriser son épargne et compléter ses revenus dès la cessation de son activité professionnelle sans alourdir sa fiscalité.

Une fiscalité très avantageuse.
Lorsque vous effectuez un rachat sur votre contrat (autrement appelé retrait), vous n’êtes pas fiscalisé sur le montant de ce rachat, mais uniquement sur la partie représentant les intérêts (ou plus-values).
Pour connaître cette part imposable, il faut appliquer la formule définie au Bofip BOI-RPPM-RCM-20-10-20-50-20140211 :

Montant du rachat partiel – [total des primes versées à la date du rachat partiel x
(montant du rachat partiel / valeur de rachat totale à la date du rachat partiel)]

Exemple : Vous investissez 100 000 € sur un contrat d’assurance vie 10 ans avant votre départ à la retraite. Prenons une valorisation nette annuelle de 3%, l’épargne constituée au bout de 10 ans s’élève à 134 400 €. Imaginons un complément de revenus nécessaire de 5 000 € par an obtenu par un unique rachat annuel.
Le produit imposable sera de : 5 000 – (100 000 x (5 000 / 134 400)) = 1 279 €.

En optant pour la déclaration à l’impôt sur le revenu, le contribuable ne paiera aucun impôt sur ce rachat, et ne subira aucune hausse de son revenu fiscal de référence (lire notre article « Fiscalité du rachat d’une assurance vie : IR ou PFL ?« ).

Assurance vie et retraite vs Revenu foncier.
Imaginons qu’au lieu de placer 100 000 € sur un contrat d’assurance vie, le futur retraité ait décidé d’acheter un bien immobilier avec une rentabilité nette annuelle de 5% (généreux postulat).
Ses loyers (5 000 €) seront imposés dans la catégorie des revenus fonciers et bénéficieront d’un abattement de 30% au titre du micro foncier.
3 500 € imposables subiront donc les prélèvements sociaux de 15,5%, soit 542,50 €, ainsi que le taux marginal d’imposition du contribuable (de 14% à 45%), soit de 490 € à 1 575 €.
Le complément de revenu net sera donc compris entre 2 882 et 3 967 €.
Soit une baisse de pouvoir d’achat comprise entre 21 et 43%.
En outre, le revenu fiscal de référence sera impacté de 5 000 € supplémentaires.

Souplesse et diversification.
Le fonctionnement d’un contrat d’assurance vie offre la possibilité au souscripteur de mettre en place des rachats programmés, mais il lui permet également d’augmenter ou de réduire ce montant selon ses besoins ponctuels.
En outre, en fonction du profil investisseur du souscripteur, et en se plaçant dans une perspective d’épargne de long terme, il pourra investir sur différentes classes d’actifs (obligations, actions, immobilier), différentes zones géographiques (Europe, Etats-Unis, Émergents, Japon, …), différents secteurs (technologie, santé, matières premières,…).

Conclusion.
Assurance vie et retraite sont la base d’une stratégie dont l’objectif sera de compléter ses revenus dès la cessation de son activité professionnelle. Dans une logique de diversification, et en fonction de la capacité d’épargne ou d’emprunt, il conviendra d’y adjoindre de l’immobilier ainsi que des produits de rente. Le préalable est évidemment un audit patrimonial et financier afin de trouver les solutions les plus adaptées à chacun.

Des questions au sujet de l'assurance vie ?
Remplissez le formulaire et nous vous répondrons sous 24h

Nom*

Prénom*

Email*

Ville*

Votre message*

captcha

Share Button
Votre avis éclairé sur cet article
[Total : 0    Moyenne : 0/5]